L'IEDOM modernise son univers décisionnel

Digital

Relais de la Banque de France dans les quatre départements d’outre-mer et dans les collectivités de Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy et Saint-Martin, l'IEDOM a décidé fin 2009 de moderniser son système de décisionnel avec l'aide de Smile. Objectif : faciliter la production des nouveaux états réglementaires Surfi (pour « Système unifié de reporting financier), qui ont remplacé en juin 2010 les états Bafi (« Base des agents financiers ») utilisés depuis 17 ans.

« Le nouveau système, fruit d'une réflexion engagée par l'IEDOM à l'été 2009, a été conçu pour faciliter l'alimentation et la mise à jour en temps réel des nouvelles données correspondant au référentiel Surfi », explique Alexandre Olliet, consultant décisionnel chez Smile.  Concrètement, les tableaux BAFI d'antan ont été remplacés par des échanges d'informations bancaires au format XBRL (« eXtensible Business Reporting Language », une norme d'échange XML dans le domaine financier). Et le nouveau système « bénéficie d'un outil beaucoup plus performant de requêtage et de restitution des données dans des tableaux de bord », poursuit-il.

Palo, une nouvelle interface de manipulation des données

Le projet de l'IEDOM, qui a mobilisé cinq consultants Smile sur une période de cinq mois, s'est déroulé en trois grandes phases, aujourd'hui achevées. Dans un premier temps, les équipes de l'IEDOM ont identifié et cartographié les données existantes. Lors d'une deuxième étape, Smile a été sollicité pour la modélisation du nouveau système d'information et de l'entrepôt de données accueillant les données reprises. Les informations ont été récupérées avec l'aide de l'ETL Talend Integration Suite, sur lequel un connecteur « read XBRL » a notamment été développé pour lire tous les fichiers en entrée.

Dans un troisième temps, Smile s'est concentré sur le développement d'une nouvelle interface de manipulation des données en s'appuyant sur la suite décisionnelle open source Palo de l'éditeur Jedox. La manipulation comprenant ici à la fois le requetage, mais aussi la mise à jour d'informations par le terrain, directement dans les tableaux de reporting et avec un suivi des modifications !

L'avantage : « La solution Palo permet à l'IEDOM de travailler sur les données multidimensionnelles directement dans un tableur comme Microsoft Excel, bien connu des utilisateurs », confie Alexandre Olliet. « Il est aussi possible de concevoir facilement les tableaux de bord avec ce système, qui fait office de requêteur ». Une trentaine de tableaux « évolutifs » s'appuyant sur le « cube » Palo de représentation des données multidimensionnelles de l'IEDOM ont déjà été conçus et peuvent désormais être publiés sur le Web.